gmse-articles

CONFRÉRIE ATABLIGH

confrérie atabligh

 

CONFRÉRIE ATABLIGH

Le thème : La Grande Mosquée Mohammed VI , accueille la « CONFRÉRIE ATABLIGH »

 

Historique du Tabligh

 

Le Tabligh, signifiant la transmission en Arabe, est une confrérie piétiste née en Inde dans les années 20. Un trop grand écart entre les savants, étudiants en sciences religieuses, et la grande majorité de la population indienne ignorante de l’Islam existait dans la société indienne. C’est le constat qui pousse Muhammad Ilyas à prendre l’initiative de précher à ces derniers les premiers fondements de l’Islam. Le Tabligh s’est donc toujours voulu un mouvement pour le retour des musulmans à leur religion.  » Aujourd’hui, tous nos sentiments pour l’Islam sont pratiquement nuls » écrivait Mohamed Ehtesham-ul-Hassan, membre très important du Tabligh dans les années 30. « Ainsi, ajoutait-il, au lieu de l’amour, nous semblons traîner un affreux complexe d’infériorité à l’égart de notre religion et de notre foi! (…) nous devons faire revivre en chaque musulman l’esprit de l’islam et revifier en lui l’amour et l’attachement à l’Islam. »

Loin d’être un mouvement violent, le Tabligh se base sur la transmission simple du message. Les grands débats n’y sont pas appréciés. Dans les années 60 à 70, le mouvement se fait connaître en France. Dans les mosquées Tabligh, par modestie, les dures conditions de vie des premiers pakistanais et indiens à avoir quitté le centre du Tabligh pakistanais sont occultées. Beaucoup de prédicateurs face au froid et aux conditions déplorables rencontrées en France en ont payé de leur vie. Ils étaient en effet très pauvres et avaient tout quitté pour transmettre le message à la nouvelle main d’oeuvre maghrébine, qui semblaient à leurs yeux délaisser la religion. Des hommes en turbans, longues robes et coiffés à la manière des talibans faisaient du porte à porte pour le retour à l’Islam de leurs frères musulmans, en France : « On les prennait pour des fous » confie un vieux maghrébin revenu à la religion par leur cause.

 Un mouvement « apolitique »

Les « dirigeants » tablighis n’ont jamais souhaité parler aux journalistes, « des non-francophones » « des immigrés analphébètes » « des rétrogrades » . Tels sont les stéréotypes utilisés pour désigner les tablighis. Pourtant le mouvement à côté de jeunes et d’anciens OS (ouvriers spécialisés) comporte un certain nombre de cadres, étudiants, d’intellectuels, de professeurs, médecins. La crainte d’être montré du doigt semble motiver ce mutisme général. Après le 11 septembre nombre de médias ont tenté de joindre des responsables du mouvement.

 

Leurs demandes furent ignorées en raison des présupposés dont le Tabligh se sent légitimement victime. « Une secte en plein Saint-Denis envoie des combattants français dans des camps au Pakistan », « une secte terroriste »… Le Merkez n’a pas échappé aux fantasmagories de certaines émissions de télévision française Fallait-il s’expliquer sur l’activité du Tabligh une fois pour toute devant la place publique ? Les Tablighis n’en éprouvent pas le besoin et se sentent assez occupés par leur travail quotidien de Da’wa (prêche) au sein de la communauté.

Matin et soir, le travail au sein de la mosquée est impressionnant. Des canadiens, des allemands, des américains qui ont quitté leur pays pour quelques temps dans le cadre de sortie, « khourouj » pour silloner la France. Ils ne restent jamais longtemps au Merkez. Ce centre joue donc un rôle de coordination avec les différentes mosquées du pays qui veulent bien accepter des groupes pour une durée d’une semaine environ. Dans les villes qu’ils iront visiter, le secteur n’échappera pas à la prêche des « Da’i  » (ceux qui prêchent). Là, réside tout l’effort du merkez : motiver des jeunes musulmans ou des plus âgés pour s’en aller un jour, 3 jours, 40 jours ou 4 mois afin de transmettre le message. Une « Shoura » quotidienne (commission consultative) analyse les demandes pour les grands départs. Ainsi les fidèles prêts pour 40 jours ou 4 mois doivent au préalable avoir l’accord de cette commission qui permet ou non le « khourouj ». Certains passent un véritable »interrogatoire ». Les étudiants ne peuvent pas prétendre s’en aller 40 jours pendant la période universitaire. Les mineurs ne sont pas autorisés à « sortir ». Il arrive que certains fidèles mariés soient refusés de « sortie » en raison du désaccord de leurs épouses. Ces périodes n’ont rien d’institutionnel ou d’obligatoire, « juste pour s’organiser » dit-on. Ainsi les fidèles peuvent partir pour la période qui leur convient le mieux. Tous les jeudis soirs, y compris pendant le mois de Ramadan, une centaine de fidèles se serrent dans la petite salle de prière pour écouter le sermon hebdomadaire en langue française. Des jeunes pour la grande majorité, ils viennent de toutes les villes françaises, principalement de Dreux, de Mantes la Jolie, d’Evry, Lyon ou de Tours pour assister au Bayan (discours) de Cheik Younous, élégant derrière sa barbe, parlant avec humour et un réel charisme.On pourrait l’assimiler au Tarik Ramadan du Tabligh. Le Cheik peut faire passer du rire aux larmes dans un même discours. Malgré une expression française difficile, il se fait comprendre parfaitement. »Si je fais des fautes de conjugaison, grammaire, baissez la tête », lance-t-il souvent. Le discours est totalement apolitique et non violent. Le mouvement évite de parler des sujets d’actualité. Le 11 septembre n’y a rien changé. Ni avant, ni après le 11 septembre. Les pays sont cités uniquement dans le cadre des efforts pour la religion.

 

La mosquée dans son rôle de vecteur de l’Islam

C’est dans cette optique que La Grande Msquee Mohammed VI de Saint Étienne a accueilli cette confrérie pendant les 3 jours du 18 au 20 Mai .

 » nous les avons accueilli comme des Frères dans L ‘Islam, jusqu’à maintenant les frères du Tabligh avait pour habitude de louer le Parcs Expositions de Saint Étienne pour leur rassemblement dans la ville. Pour des avisons de solidarité, la grande Mohammed VI leur a ouvert ses portes  » a expliqué Larbi Marchiche Recteur de la Grande Mosquée Mohammed VI.

L’expansion du Tabligh dans le monde s’est faite très rapidement et de manière impressionnante. Du Caire à New York, en passant par Saint Denis, Londres, Bamako ou Casablanca, la plupart des pays musulmans possèdent leur Merkez, leur centre national Tablighi. Pourtant, ce mouvement subit des critiques au sein de la communauté musulmane où une question est souvent posée : Comment des individus n’ayant que peu de connaissances dans le domaine des sciences religieuses peuvent-ils prendre la responsabilité de la transmission de la religion ? « Faut-il être diplômé de l’université Al Azhar pour inviter son frère à la prière » se défendent les Da’is.